Indonésie : Le fleuve poubelle | Envoyé spécial

Indonésie : Le fleuve poubelle

Envoyé spécial du 9 octobre 2014

Indonésie : Le fleuve poubelle

En Indonésie, le Citarum est un fleuve long de 300 kilomètres. Aussi connu sous le nom de « rivière indigo » et autrefois réputé pour sa pureté, il est aujourd’hui recouvert d’un tapis d’ordures en putréfaction. Pourtant certains villageois semblent en tirer parti.

Les risques sanitaires

Au milieu d’odeurs nauséabondes, Mamane, ancien pêcheur traditionnel, s’est reconverti à la pêche au plastique. Pendant des heures, il parcourt le fleuve à bord de sa barque, tentant de se frayer un chemin à travers ces tonnes de déchets.

Sans avoir été préalablement bouillie, l’eau est inutilisable et impropre à la consommation. Mamane souffre de démangeaisons à force d’y plonger les mains, sans protection. Les poissons ont disparu et la baignade est désormais impossible. Pourtant, les villageois semblent s’accommoder de cette décharge à ciel ouvert.

Le commerce des déchets laisse peu de place à l’écologie

Mais Mamane ne regrette pas le temps où il pouvait pêcher et revendre ses poissons au village : son activité principale est désormais la récolte du plastique usagé. Chaque jour, il en rapporte une dizaine de kilos qu’il revend ensuite sans même avoir besoin de négocier le prix. Et Mamane gagne plus qu’à l’époque où il n’était qu’un simple pêcheur.

Une fois vendu, le plastique est trié, recyclé, puis revendu à nouveau par les familles qui vivent au bord du fleuve, chaque année toujours plus nombreuses.

Voilà tout le paradoxe du Citarum qui est l’un des dix sites les plus pollués de la planète : par ses déchets, il permet à des milliers de familles de vivre du commerce du plastique.

Indonésie : Le fleuve poubelle un reportage de Envoyé spécial (France 2)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons