Pierre Marziali : une affaire d'etat ? | Spécial investigation

Pierre Marziali : une affaire d’etat ?

Spécial investigation 8 décembre 2014

Pierre Marziali : une affaire d’etat ?

Le 11 mai 2011, à Benghazi, Pierre Marziali, 48 ans, est tué d’une balle dans le dos, par un milicien anti-Kadhafi. Le patron de la société de sécurité privée SECOPEX est le seul mort français de la révolution libyenne.

Les insurgés plaident la bavure lors d’un banal contrôle de police. Une thèse reprise dans un communiqué du ministère français des Affaires étrangères. Mais les proches de la victime dénoncent cette version officielle. Sa femme, son fils, ses plus proches collaborateurs dont certains ont été arrêtés en même temps que lui à Benghazi, affirment au contraire que l’ancien para a été victime d’un véritable guet-apens. Ils témoignent pour la première fois à la télévision.

Pour SPECIAL INVESTIGATION, Marina Ladous et Jean-Philippe Leclaire enquêtent sur la personnalité hors-norme de Pierre Marziali et sur les raisons de sa mort. Univers mystérieux des sociétés militaires privées (qui permettent aux grandes démocraties comme la France ou les Etats-Unis de faire la guerre sans trop se salir les mains), lutte contre le terrorisme, opérations secrètes, raison d’Etat, le destin de Pierre Marziali, soldat de l’ombre, est un véritable film d’espionnage – sauf que tout y est vrai.

Pierre Marziali : une affaire d’etat ? un reportage de Spécial investigation (Canal+)

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons