Daesh, État Islamique : d'où proviennent les milliards des nouveaux barbares ?

Daesh, État Islamique : d’où proviennent les milliards des nouveaux barbares ?

Capital du 14 juin 2015

Daesh, État Islamique : d’où proviennent les milliards des nouveaux barbares ?

Daesh État Islamique d'où proviennent les milliards des nouveaux barbaresEntre le 7 et le 9 janvier 2015, la France a vécu l’horreur. Les deux attaques terroristes islamistes contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et la supérette Hyper Casher de Vincennes ont fait 17 victimes. Derrière le choc, des questions. La France a-t-elle les moyens financiers de lutter contre le terrorisme, que ce soit pour nous protéger avec Vigipirate, ou pour surveiller et traquer les candidats au jihad sur notre territoire ? Car en face, la menace terroriste a un nom : Daesh, l’État Islamique. Et elle dispose de moyens financiers considérables. Comment cette organisation se finance-t-elle ? Comment est-elle parvenue à multiplier ses sources de profit ? Comment son « marketing » lui permet-il de recruter sans arrêt de nouveaux combattants en Occident ?

Daesh : la multinationale du terrorisme

2 000 milliards de dollars, selon les estimations récentes, c’est la fortune à peine croyable de l’État Islamique ! L’État Islamique, appelé Daesh en arabe, a brutalement fait irruption dans l’actualité française en janvier en revendiquant partiellement les attentats de Paris. Depuis plus de 3 ans, l’organisation djihadiste dirigée par Aboubacar Al-Baghdadi fait régner la terreur au Moyen-Orient où elle a établi un Califat autoproclamé sur un territoire grand comme la Belgique et où vivent 10 millions de personnes. À cheval entre la Syrie et l’Irak, Daesh a mis la main sur du pétrole et toutes sortes de richesses naturelles. Il y a quelques jours, Daesh s’est emparé de Palmyre, le joyau de la Syrie, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pendant trois mois, les équipes de Capital ont enquêté sur ces milliards de la terreur. Elles se sont rendues à la lisière du territoire de Daesh, en Irak, en Turquie et en Syrie. Vous découvrirez dans ce reportage exceptionnel comment Daesh finance son effort de guerre en prélevant toutes sortes d’impôts, mais aussi en pratiquant le rapt et l’extorsion. Nous vous révélerons surtout comment grâce au laxisme de certains pays voisins, le mouvement terroriste pratique encore aujourd’hui le commerce intensif de pétrole et de coton. Une partie de ces ressources est vendue jusqu’à chez nous, en France. En dépit des opérations militaires conduites par les pays occidentaux, en appui des armées kurdes et irakiennes, Daesh continue de prospérer, restant encore à ce jour, l’organisation terroriste la plus riche de tous les temps.

La France a-t-elle les moyens de se protéger du terrorisme ?

Depuis les attentats de janvier, les Français et surtout les Parisiens ont pris l’habitude de vivre avec la présence de plus de 7 000 militaires dans les rues. Des mesures qui coutent très cher, plus de 500 000 euros par jour pour un total estimé à 240 millions d’euros pour l’année 2015. Mais sur le terrain, ces hommes ont-ils les moyens d’assurer notre sécurité ? Pendant 24 heures, nous avons suivi le quotidien d’une unité dans la capitale. Et les besoins se font sentir partout : logements insalubres, problèmes de restauration, matériel inadapté et surtout un manque d’hommes qui pousse les autorités à faire appel aux réservistes pour pallier aux arrêts maladies. Pour la première fois, des caméras ont été autorisées à pénétrer dans les locaux ultra-secrets de la Direction de la Protection et de la sécurité de la Défense, le service de renseignement de l’armée. Avec un budget d’1,2 milliard d’euros par an, les différents services de renseignements (DGSE/DGSI/DPSD) représentent le poste de dépense le plus important dans la lutte contre le terrorisme. Depuis janvier, ils auraient déjoué pas moins de 5 attentats de grande ampleur. Quels sont leurs méthodes et de quels moyens humains et techniques disposent-ils pour nous protéger du risque terroriste ?

Daesh, État Islamique : d’où proviennent les milliards des nouveaux barbares ? des reportages de Capital (M6)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons