Emmaüs : Le business de la misère ?

Emmaüs : Le business de la misère ?

Spécial investigation du 15 juin 2015

Emmaüs : Le business de la misère ?

Emmaüs business de la misèreTous les ans à la mi-juin, Emmaüs fête l’action de ses Compagnons et ouvre ses portes aux amateurs de meubles de recup’ pas trop chers. Affluence assurée : le mouvement créé par l’Abbé Pierre à l’hiver 1954 occupe toujours une place à part dans le coeur des Français.

Mais aujourd’hui, ses principes fondateurs d’accueil inconditionnel de tous les exclus et de préparation à la réinsertion sont-ils encore respectés ? Au fil du temps, le mouvement de solidarité n’a-t-il pas adopté un fonctionnement de plus en plus proche de celui d’une simple entreprise commerciale ?

Pour SPECIAL INVESTIGATION, Gabrielle Drean a enquêté pendant 7 mois au sein du mouvement et a interpellé plusieurs de ses responsables.

Emmaüs : Le business de la misère ? un reportage de Spécial investigation (Canal+)

3 Comments on Emmaüs : Le business de la misère ?

  1. dans tout le mouvement vous avez trouvé que cette merde à sortir
    si vous croyez que c’est pour cela des mecs restent pendant 10, 15, ou plus
    christian compagnon depuis 16 ans

    • Parfait tous à fait raison avec cette femme journaliste la elle les a tuer et c’est bien la réalité emmaus esclave les gens

  2. Merci pour ce reportage réaliste.
    Je suis bénévole à Emmaus, les problèmes soulevés sont bien réels.J’ai connu par le passé une période ou le turn-over des compagnons était très important. Dur à vivre pour moi.
    Pas le temps de connaitre,encore moins d’aider, juste le temps d’aimer, de s’attacher et puis pffffft partis.
    En ce moment le temps serait plutôt à la sédentarisation des compagnons. Des compagnons un peu triés, sélectionnés. Des compagnons très souvent hyper compétents, très motivés mais peu vraiment heureux.Un fonctionnement ou le bénévole est de trop. Muselé ou endoctriné, le choix pour le bénévole est restreint.
    Se taire ou s’en aller.
    Merci pour ce reportage sur les dérives du système.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons