Bombardement de Bouaké : une affaire d'Etat ?

Bombardement de Bouaké : une affaire d’Etat ?

Spécial investigation du 08 février 2016

Bombardement de Bouaké : une affaire d’Etat ?

Le 6 novembre 2004, lors d’une offensive contre des rebelles ivoiriens stationnés dans la ville de Bouaké, l’aviation du président Laurent Gbagbo a bombardé un lycée désaffecté, occupé par l’armée française.
Bilan : 10 morts dont 9 soldats français et 38 blessés. Onze ans plus tard, on ne sait toujours pas ce qui a motivé ce bombardement.
Etait-ce une bavure ivoirienne ? Une provocation ? Ou un acte de guerre délibéré contre Paris ?

Ce qui est sûr, c’est que cette attaque a conduit à l’une des plus graves crises entre la France et la Côte d’Ivoire. Dans les heures qui ont suivi la tuerie, le président Chirac fait détruire l’aviation ivoirienne, entraînant le soulèvement d’une partie de la population et la fuite des ressortissants français. Après le drame, les autorités françaises auraient pu, à au moins deux reprises, auditionner les pilotes auteurs du bombardement de Bouaké, mais elles ne l’ont pas fait. Pourquoi ?

Depuis onze ans, la justice française tente de faire la lumière sur l’un des épisodes les plus mystérieux de nos relations avec notre ancienne colonie.

Bombardement de Bouaké : une affaire d’Etat ? un reportage de Spécial investigation (Canal+)

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons