Le PS perd le Nord

Le PS perd le Nord

Complément d’enquête du 12 mai 2016

Le PS perd le Nord

Pendant cinquante ans, il a tout dirigé. Le Parti socialiste du Nord était hégémonique. Depuis 2012, il s’est écroulé, a perdu ses mairies et ses élus. Pour comprendre les raisons de ce naufrage, Nathalie Sapena s’est rendue pour « Complément d’enquête » rue Lydéric, à Lille, au siège de la jadis si puissante Fédération du Nord.

La légendaire « Fédé » du Nord au bord de la faillite

L’heure est au militantisme de crise : avec 1 million d’euros de déficit, la « Fédé » est au bord de la faillite. Depuis deux ans, la succession de défaites électorales lui coûte très cher : 475 000 euros en moins par an à cause de la déroute aux municipales en 2014, 130 000 autres perdus après les municipales et cantonales… et la moitié des adhérents enfuis. La grande salle du rez-de-chaussée, où les militants vibraient lors des soirées électorales, est désormais à vendre : tout un symbole.

Un PS inaudible dans les mairies et à la région

Rencontre émouvante avec Jean-Pierre Balduyck, un ancien de l’âge d’or du textile, entré à 15 ans à la manufacture de laine, et son ami Patrick Bernard. Tombé tout petit dans la marmite du socialisme, celui-ci a déchiré sa carte il y a six ans. « Le PS n’est plus un parti de lutte des classes, c’est un parti de lutte pour les places », résume le vieux militant. A Tourcoing, ils sont des milliers comme lui, à s’être détournés du PS. En 2014, un jeune loup de droite, Gérald Darmanin, fait main basse sur la mairie. Le maire sortant, Michel-François Delannoy, avait consacré sa vie au parti… Reste trois conseillers PS à la mairie de Tourcoing, et plus aucun élu à la région… où c’est maintenant le FN qui joue l’opposition.

Un reportage de Nathalie Sapena, Vincent Piffeteau et Brigitte Delahaye.

Le PS perd le Nord un reportage de Complément d’enquête (France 2)

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons