Quand les élus ont la folie des grandeurs

Quand les élus ont la folie des grandeurs

Un reportage du 22 mai 2016

Quand les élus ont la folie des grandeurs

Ronds-points inutiles, musées fermés, ponts sans trafic… En matière de dépenses inconsidérées l’imagination de certains de nos élus est sans limite. À Angoulême, Le Musée du cinéma aurait dû ouvrir ses portes il y a déjà 10 ans. Mais aucun visiteur n’a encore pu apprécier sa collection de projecteurs rares ou de reproductions de décors de films mythiques. La chambre régionale des comptes a fait l’addition : 13 millions d’euros engloutis. La ville de Cugnaux, 18 000 habitants, vient de s’offrir un pôle culturel à 14 millions d’euros. Un coût exorbitant pour ce type d’équipement. Résultat de cette petite folie partiellement en activité : une augmentation des impôts locaux de 30% ! En Guyane, un pont de 400 mètres de long, reliant la frontière française et le Brésil, a été achevé en 2011. Ce projet a déjà coûté 50 millions d’euros à la France mais le pont n’a toujours pas été inauguré et n’est toujours pas en service ! Comment de telles gabegies sont-elles possibles ?

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons