Dans les coulisses du plus grand paquebot du monde : l'incroyable aventure des ouvriers de Saint-Nazaire

Dans les coulisses du plus grand paquebot du monde : l’incroyable aventure des ouvriers de Saint-Nazaire

Un reportage du 29 mai 2016

Dans les coulisses du plus grand paquebot du monde : l’incroyable aventure des ouvriers de Saint-Nazaire

Des toboggans géants, des piscines, une patinoire, un théâtre, des casinos et même une forêt plantée sur le pont : l’Harmony of the Sea, le plus grand paquebot du monde, vient de prendre la mer pour sa première croisière. Plus long que le Titanic, plus lourd que la Tour Eiffel, il a coûté 1 milliard d’euros et c’est en France à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) qu’il a vu le jour. En exclusivité les équipes de Zone Interdite ont pu suivre l’aventure hors du commun de sa construction. Une véritable course contre la montre pour les 3000 ouvriers d’un chantier naval de Saint-Nazaire. Décorateurs, menuisiers, électriciens ont travaillé jour et nuit pour être à la hauteur. L’exigence du croisiériste américain qui a passé commande est redoutable et au moindre retard, de très lourdes pénalités sont prévues.

Pour Solène, 35 ans, en charge de l’ameublement, c’est l’enfer. Fauteuils, tables, canapés, elle doit faire fabriquer plus de 4900 pièces selon le cahier des charges ultra-précis du client. L’armateur exige un confort maximum… pour un budget minimum. Le PDG vient en personne tester l’assise des sièges et le confort des lits ! Solène va découvrir à ses dépens que les standards du confort américain vont bien au-delà des habitudes françaises.

Brigitte, 42 ans, vit avec la pression des cadences. Elle est chargée du découpage des tôles, la première étape de la construction. Si la forme de ses pièces n’est pas parfaite, le chantier prendra du retard. Le navire est payé par tranche livrée. À chaque étape de la fabrication, plusieurs centaines de millions d’euros sont en jeu. Alors les équipes se relaient jour et nuit car le chantier ne s’arrête jamais.

Si Saint-Nazaire a emporté le marché, c’est grâce à son gigantesque portique capable de soulever des pièces de plus de 1200 tonnes, un investissement colossal de 60 millions d’euros. Cette immense grue permet de soulever des blocs qui constituent le navire. Chaque jour, Patrice, le portiqueur, manipule l’engin dans sa cabine à 55 mètres de hauteur. Un jeu de lego à très haut risque…

Grâce au chantier, la ville de Saint-Nazaire vit une période de prospérité. Les restaurants, les commerces et les bars voient leur fréquentation augmenter et, dans le sillage du paquebot, naissent parfois des histoires d’amour. Claudie, la jeune patronne du Bar Karaoké, a rencontré Alex, un ouvrier de Saint-Domingue venu poser la moquette sur le bateau. Il n’est jamais reparti ; ensemble, ils viennent d’avoir un petit garçon.

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons