OCRTIS : des méthodes stupéfiantes

OCRTIS : des méthodes stupéfiantes

Complément d’enquête du 09 juin 2016

OCRTIS : des méthodes stupéfiantes

Après l’affaire Neyret, de nouvelles affaires d’indics pourraient devenir un scandale d’Etat. Pour s’assurer de grosses saisies, des policiers auraient permis à certains « dealers-indics » d’écouler des dizaines de tonnes par an. La brigade antidrogue doit-elle couvrir l’importation de stupéfiants pour « faire de belles affaires » ? L’IGPN, la police des polices, enquête désormais sur les méthodes des stups français.

Aéroport d’Orly

Quinze ans qu’il se faisait payer en cash par l’Office des douanes et l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS)… Mais en 2015, un trafic de haschich et de cocaïne à l’aéroport d’Orly l’a fait plonger. Pour la première fois, la justice remettait en cause les méthodes de l’OCRTIS. L’ancien indic sort du silence et raconte son histoire à « Complément d’enquête ».

Boulevard Exelmans, 16e arrondissement parisien

Le rôle central de François Thierry, l’ancien chef de l’OCRTIS, est maintenant pointé par des révélations publiées par Libération le 23 mai 2016. Ses ennuis commencent en octobre 2015, avec cette saisie record de 7 tonnes de cannabis, dans trois camionnettes stationnées sous les fenêtres d’un luxueux appartement du très chic 16e arrondissement parisien, boulevard Exelmans. L’importation aurait été organisée par François Thierry avec l’un des plus gros trafiquants d’Europe, un certain Sofiane Hambli, qui aurait bénéficié d’une protection pour ne pas être inquiété…

Une villa à Marbella, sud de l’Espagne

Après le boulevard Exelmans, la villa à Marbella. En tout, 19 tonnes de cannabis auraient transité par cette maison au sud de l’Espagne. C’est ce qu’affirme un autre ancien indic de François Thierry, qui a accepté de parler à « Complément d’enquête ». Il dit avoir été payé en cash par l’ex-numéro 1 de la lutte antidrogue lui-même, et raconte « des policiers français [qui] se relayaient pour charger et décharger sur la plage des dizaines de paquets remplis de drogue » récupérés sur des Zodiac venus du Maroc. Des tonnes de cannabis qui remontaient vers la France via des « go fast » dont la police n’interceptait qu’une partie…

Une enquête de Matthieu Fauroux, Violaine Vermot-Gaud et Xavier Puypéroux.

OCRTIS : des méthodes stupéfiantes un reportage de Complément d’enquête (France 2)

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons