Eau de luxe : à la recherche de l'eau la plus pure du monde

Eau de luxe : à la recherche de l’eau la plus pure du monde

Un reportage du 28 août 2016

Eau de luxe : à la recherche de l’eau la plus pure du monde

En été, notre consommation d’eau explose de 50%. Face à une méfiance croissante pour l’eau du robinet, une niche se développe : la promesse d’eaux en bouteilles d’une pureté absolue. Gota l’argentine, Voss la norvégienne, Iceberg du Groenland : toutes ces eaux de luxe commercialisées en France sont puisées au bout du monde. En à peine 10 ans, leurs ventes ont augmenté de 30%. Leur prix est pourtant 10 à 15 fois plus cher que l’eau en bouteille des supermarchés. À 15 euros la bouteille, l’eau provenant des icebergs serait la plus pure du monde. Chaque été depuis 20 ans, le capitaine Ed Kean met le cap sur le Groenland. Avec son équipage, il harponne les icebergs à la dérive et arrache des morceaux de 500 kilos. Collecter les précieux blocs de glace n’est pas une opération simple mais cela peut rapporter gros : plusieurs centaines de milliers de dollars chaque année. En France aussi, ils sont nombreux à vouloir profiter de ce nouveau filon. La tendance est à l’exploitation de vieilles sources oubliées. Les nouveaux acquéreurs vantent une minéralité unique et des vertus cosmétiques. Un discours marketing joliment emballé : certains font appel à des designers stars pour concevoir des bouteilles n’ayant rien à envier à un flacon de parfum. Mais que valent réellement toutes ces eaux de luxe ? Leur composition et leur goût sont-ils à la hauteur des prix affichés ?

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons