Enfants syriens : génération sacrifiée

Enfants syriens : génération sacrifiée

Envoyé spécial du 03 novembre 2016

Enfants syriens : génération sacrifiée

Leur maison a été détruite par un bombardement ou ils ont perdu des proches. De leur pays, de l’école, il ne leur reste que des souvenirs. Ils ont fui la guerre pour se réfugier avec leur famille en Turquie… Mais aujourd’hui, ces jeunes Syriens se retrouvent exploités dans des ateliers de confection. Ils sont des milliers à travailler comme petites mains dans un monde de grands. Des mains qui découpent, trient, cousent. Dix heures par jour, six jours sur sept.

A Gaziantep, près de la frontière avec la Syrie, un quart de la population est syrienne. Dans un atelier de confection filmé par l’équipe d’ »Envoyé spécial », la moitié des ouvriers sont des enfants, et le plus jeune a 6 ans. En Turquie, le travail des mineurs de moins de 16 ans est illégal, l’atelier est clandestin.

Une main-d’œuvre économique

Le patron syrien prétend aider sa communauté, mais en réalité, il bénéficie d’une main-d’œuvre économique : les enfants sont payés cinq fois moins que les adultes. Azzam, 9 ans, touche 50 lires turques (environ 15 euros) par semaine, à peine de quoi faire manger ses deux petits frères, sa sœur et ses parents. A la suite d’un accident, son père ne peut plus travailler, sa mère fait des ménages. Tous regrettent leur vie confortable à Alep.

Les réfugiés syriens ne reçoivent aucune aide du gouvernement. Les parents ont donc besoin de l’argent que ramènent leurs enfants. Mais comment supporter de les réveiller le matin pour les envoyer au travail au lieu de l’école ? L’organisation Human Rights Watch estime que 400 0000 enfants syriens ne sont plus scolarisés. Certains continuent pourtant à suivre une scolarité… en plus de leur travail.

Un reportage de Wandrille Lanos, Mahmoud Al Basha, Mathieu Dreujou et Matthieu Besnard

Enfants syriens : génération sacrifiée un reportage de Envoyé spécial (France 2)

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Afficher les boutons
Masquer les boutons