Erdogan, le dieu du stade